La version de maintenance d'Awingu 5.2.4 est maintenant disponible !

Microsoft annonce Azure Virtual Desktop (AVD/WVD) : pourquoi devrions-nous et devriez-vous vous en soucier ?

Le 21 mars 2019, Microsoft a annoncé la version bêta publique de "WVD' - "Windows Virtual Desktop" dans son intégralité. Il s'agit d'un événement majeur pour Microsoft, et peut-être pour l'ensemble du secteur. Dans ce billet de blog, nous allons donner un aperçu de ce qu'est WVD, et de ce qu'il n'est pas. En outre, nous allons voir comment il se compare à Awingu.

Commençons par le début. Qu'est-ce que la WVD ?

Faisons d'abord une petite leçon d'histoire. Depuis 2017, Microsoft travaille sur RDmi (Remote Desktop Modern Infrastructure). Initialement, cela était censé être l'évolution de RDS avec des saveurs sur site & Azure, où la saveur Azure devait devenir une plateforme RDS PaaS. Ce projet a pris quelques virages et est devenu ce que nous connaissons maintenant sous le nom de WVD. Les raisons les plus plausibles de cette décision sont la concurrence et le fait que les charges de travail RDS généraient environ 10% de toute la consommation Azure. Ces charges de travail provenaient uniquement des initiatives des partenaires et des éditeurs de logiciels indépendants. (source)

En faisant très simple (en coupant quelques coins dans le processus) : WVD offre une VDI Windows 10 multi-session sur Azure, où les composants RDP de l'infrastructure sont exécutés en tant que service PaaS et sont gérés par Microsoft. WVD peut également être utilisé pour accéder à des applications et des postes de travail basés sur RDS, mais par souci de simplicité, ce billet se concentrera sur la partie VDI (car WVD n'apporte pas beaucoup d'avantages pour les environnements basés sur RDS).

Pour des raisons de sémantique. Lorsque nous faisons référence à "RDS", nous parlons d'une connexion à un système d'exploitation Windows Server. Lorsque nous parlons de VDI, nous entendons une connexion à un OS client Windows. Dans le cadre de cet article, la multi-session de Windows 10 est considérée comme une évolution du scénario " VDI ". Nous comprenons que cette perspective peut prêter à confusion, mais nous pensons que c'est la meilleure façon de positionner la VDI dans le contexte général.

La partie " Windows 10 multi-session " est en fait intéressante car elle permet de diminuer les coûts d'infrastructure et de licence pour le VDI (c'est-à-dire la connexion à l'OS client Windows 10). Cette version multi-session ne sera toutefois disponible que sur Azure. Il reste à confirmer si elle ne sera accessible que dans le cadre de WVD, ou si vous serez en mesure de consommer Windows 10 multi-session sans la couche WVD. Pour être clair : il ne sera pas disponible sur les autres cloud publics, ni sur les cloud privés. Dans ces cas, vous devrez utiliser une session unique de Windows 10 pour les déploiements VDI ou Windows Server (c'est-à-dire RemoteDesktop et RemoteApp utilisant RDS). Les utilisateurs peuvent accéder à leurs instances Windows 10 en installant la dernière version du client RDP sur leur appareil, ou en utilisant RDWeb. Ce client utilisera la "technologie de connexion inversée" de WVD. Les anciennes versions des clients RDP ne fonctionneront pas.

En termes de licences, Microsoft a annoncé que l'accès WVD et Windows 10 multi-session feront partie des licences Windows 10 Enterprise (par exemple Windows 10 Enterprise E3/E5 et Microsoft 365 E3/E5). L'hébergement des services WVD sur Azure fait " partie du prix ". En revanche, la consommation de vos VM VDI ne l'est pas : vous devrez quand même les payer. Remarque : si vous souhaitez un accès RDS traditionnel (c'est-à-dire un accès à distance à Windows Server), la CAL RDS s'appliquera toujours, même dans le scénario WVD.

Le WVD devrait d'abord être lancé sur le marché américain. Si nous devons deviner, l'événement Microsoft Inspire à Las Vegas en juillet 19 sera le moment choisi par Microsoft. Dans une deuxième phase, plus tard dans l'année fiscale de Microsoft, nous nous attendons à ce que l'Europe et quelques autres régions soient ajoutées.

Si certaines choses peuvent encore changer entre ce que nous savons aujourd'hui et ce qui sera lancé, il semble clair que WVD est une "v1". Il n'y a pas d'automatisation back-end pour optimiser votre consommation Azure, il n'y a pas de déploiement automatisé de FSLogix, etc. pour l'instant. Nous sommes sûrs que ces éléments suivront plus tard, mais ils ne sont pas encore là.

Comment l'Awingu se compare-t-il à la WVD ?

C'est l'une des questions les plus fréquentes que nous recevons depuis quelques mois. La réalité est que l'Awingu et la WVD sont des choses différentes. Voici une vue d'ensemble à un haut niveau :

Azure Virtual Desktop

  • Proposition exclusive d'Azure
  • Centré sur la VDI (Windows 10 multi-session) (note : vous pouvez également vous connecter à Windows 7 et Windows Server, mais le véritable avantage réside dans la multi-session Windows 10)
  • Nécessite une licence Windows 10 (sous différents formats)
  • Pas entièrement multi-tenant
  • Marqué et facturé par Microsoft (généralement dans le cadre d'un "accord d'entreprise").

Awingu

  • Tout cloud - nos clients ont toujours le contrôle de leur voyage cloud.
  • Agrégation d'applications et de postes de travail basés sur RDS, VDI, applications et postes de travail Windows 10, Linux multi-session, intranets, applications web, fichiers, OneDrive, ...
  • Ne nécessite pas de licence Windows 10 ; par exemple, les utilisateurs peuvent utiliser un Chromebook peu coûteux et se connecter à une application basée sur RDS.
  • Entièrement multi-tenant, y compris les scénarios multi-domaines (pensez aux CSP, MSP et ISV).
  • Marqué et facturé par le partenaire (ou le client)
qu'est-ce que wvd windows virtual desktop
Table des matières
Vous voulez en savoir plus sur l'Awingu ?
Ce site web utilise des cookies. Lisez notre transparent politique en matière de cookies!