La version de maintenance d'Awingu 5.2.4 est maintenant disponible !

Quand le président américain défie les mesures de sécurité BYOD...

Alors que tout le monde parle de l'adoption croissante de la politique du "Bring Your Own Device", le président Trump a montré au monde entier, par son propre exemple, que cette politique fait partie intégrante de la réalité d'aujourd'hui.

Il y a eu beaucoup d'agitation sur le fait qu'il utilise encore son appareil android personnel et tous les risques potentiels de sécurité que cela entraîne. Android Central spécule qu'il s'agit d'un Samsung Galaxy S3, qui est sorti en 2012 et que Google n'a pas mis à jour depuis 2015. "Les experts en sécurité mobile s'accordent à dire que le téléphone Android de Trump présente un risque de sécurité majeur", écrit TechTarget. (1)

 

Cette révélation inquiète certains observateurs du Beltway. "Un Galaxy S3 ne répond pas aux exigences de sécurité de l'adolescent moyen, et encore moins du prétendu leader du monde libre", a observé Nicholas Weaver, expert en sécurité à l'Institut international des sciences informatiques à Berkeley, en Californie, dans un article publié sur le blog politique Lawfare. Le piratage de ce gadget est "le type de projet que j'assignerais comme devoir à mes cours avancés de premier cycle", a-t-il ajouté. (2)

Nous ne savons évidemment pas lesquels sont des faits et lesquels ne le sont pas. Ce que nous savons, c'est que l'utilisation d'appareils personnels dans un contexte professionnel s'est considérablement développée au cours des dernières années. Selon le Marchés et marchés le marché mondial du "Bring Your Own Device" connaîtra, de 2011 à 2017, une croissance immense de 170%.(3)

En réalité, le BYOD concerne tous les types d'appareils, des iPad aux Chromebook, et pas seulement les smartphones. Une étude Gartner de 2014 montre que 40% des employés des grandes entreprises utilisent des appareils personnels pour le travail. "Les lignes entre le travail et le jeu deviennent de plus en plus floues, car les employés choisissent d'"utiliser leur propre appareil" à des fins professionnelles, qu'il soit sanctionné par un employeur ou non", a déclaré Amanda Sabia, analyste principale de recherche chez Gartner. La même étude suggère également qu'environ 40% de tous les BYOD sont effectués sans la connaissance ou l'approbation du département informatique de l'entreprise. (4)

Le cas d'utilisation du président Trump relève-t-il du dernier 40% ou non, nous ne le savons évidemment pas. Mais le fait est que ce groupe de utilisateurs fantômes est une réalité croissante. Les entreprises doivent mettre en place des outils et des politiques pour garantir la sécurité et la confidentialité des données. Surtout sur les appareils non gérés.

Ce dont nous sommes sûrs, c'est qu'avec Awingu, le BYOD peut être adopté de manière très sûre. Et pas seulement sur un téléphone, mais surtout sur des tablettes personnelles, des ordinateurs portables, etc. Aucune donnée locale ne réside sur l'appareil, une connexion sécurisée entre l'appareil et le centre de données, une " authentification multifactorielle " sécurisée pour se connecter, etc. Découvrez toutes les possibilités et obtenez votre essai gratuit dès aujourd'hui!

Sources :

  1. http://searchmobilecomputing.techtarget.com/blog/Modern-Mobility/Trumps-Android-takes-BYOD-to-the-White-House
  2. https://www.lawfareblog.com/president-trumps-insecure-android
  3. http://www.securedgenetworks.com/blog/topic/strategy
  4. http://www.gartner.com/newsroom/id/2881217
Awingu_blog Trump et BYOD
Table des matières
Vous voulez en savoir plus sur l'Awingu ?
Ce site web utilise des cookies. Lisez notre transparent politique en matière de cookies!